Tu me manques

Étouffant de chaleur et sous la sueur
J’ai compris que j’avais besoin de toi.
J’ai pensé ne pas pouvoir vivre sans toi.
J’ai commencé à avoir peur.

Tu ne rechigne jamais à me donner
La douce étreinte que je reviens chercher
Tes bras toujours plus doux,
Le monde toujours plus froid.
Je crois devenir fou.
Je dois me passer de toi,
Me libérer de ta douceur factice.
Il me faut te fuir, vile tentatrice
Fuir cet ersatz de douceur
Aller affronter la douleur
Qui elle
Est trop réelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *